20 mars, journée mondiale du bonheur, 1er jour du printemps et du Holi Festival

Comment apprendre à être plus heureux

« Le spleen n’est plus à la mode.

C’est pas compliqué d’être heureux. »

Les mots d’Angèle entrent en résonance avec une interrogation de l’un des participants au dernier atelier « Cultiver la joie ». Et puis, aujourd’hui, c’est la journée mondiale du bonheur, le premier jour du printemps et de Holi, le festival des couleurs… C’est donc le bon moment pour parler un peu de notre quête existentielle : le bon – heur.

C’est une évidence : Il n’y a pas de truc miracle pour être heureux… sinon le monde ne ressemblerait probablement pas tout à fait à ce qu’il est. Cela résulte d’un apprentissage : s’engager, pratiquer, peut-être échouer, recommencer ; cela mérite de l’attention et de l’entraînement. Le résultat est que nous pouvons tous être encore plus heureux que maintenant. C’est bon ça, vous ne trouvez pas ?

Bien qu’il ne dépende pas totalement de nous, (impact de la génétique et l’environnement), concentrons-nous là où nous avons une influence : nos pensées, nos attitudes, nos croyances. Et je vous promets : il y a une grande marge de manœuvre !

Cela commence dès le matin… au réveil : poser un sourire sur son visage. Regarder la journée qui s’annonce comme un cadeau. Vous avez eu de la chance : vous avez eu une vie humaine – et pas celle d’un mollusque ou d’une fourmi.

Puis, se demander comment vous la souhaitez cette journée. (cf. l’article sur le rituel matinal).  Donc, poser une intention flottante et une intention précise.

Dans le cours de la journée, regarder les difficultés d’un œil neuf, imaginer les possibilités d’ajustement.

En cas d’émotion négative forte, penser à respirer, revenir à soi… sourire à nouveau.

Le bonheur, la joie, tout comme l’énergie, demandent un engagement : choisir la vie, se placer à l’initiative de ses choix, s’engager dans une discipline positive à sa façon, commencer par un petit exercice qui fait envie, pratiquer, pratiquer encore et inlassablement. Tout comme nous faisions nos exercices à l’école ou le sport aujourd’hui. Et cela produit des résultats !

Et puis, un jour, quand vous aurez un peu de temps devant vous, demandez-vous : qu’est-ce que c’est « être heureux » pour moi ? Je crois que nous n’y pensons pas suffisamment.

Je vous souhaite une merveilleuse journée !

 

Crédit photo : Himanshu Singh Gurjar