Au printemps, s’émerveiller

Le printemps, avec sa nature généreuse et abondante, est propice à l’émerveillement.

C’est dans le regard de l’observateur que naît l’émerveillement, dans sa capacité d’étudier ce qui se trouve juste devant lui et d’en voir la beauté.

Et pour cela, il est besoin de s’extraire du monde, de s’arrêter et d’ouvrir les yeux.

L’émerveillement n’exige nullement l’exceptionnel, l’extraordinaire.

Non, il naît de notre disposition d’esprit à poser un regard neuf, souriant, ouvert, curieux, attentionné, paisible.

En cultivant la capacité de détente et de concentration de notre attention, nous nous éveillons à un espace plus vaste, nous entrons en connexion avec la majesté du monde, nous honorons la vie et nous cultivons notre aptitude au bonheur.

Voici pour vous entraîner.